Agri-Qc
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.


L'Agriculture au Québec sous toutes ses formes !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  Dernières imagesDernières images  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
-28%
Le deal à ne pas rater :
Brandt LVE127J – Lave-vaisselle encastrable 12 couverts – L60cm
279.99 € 390.99 €
Voir le deal

 

 Les chats en liberté, nuisibles à l'environnement

Aller en bas 
+3
Stephane
foxtrott
pepelepepe
7 participants
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
pepelepepe




Masculin
Localisation : Vallée du Richelieu
Date d'inscription : 02/03/2010

Les chats en liberté, nuisibles à l'environnement Empty
MessageSujet: Les chats en liberté, nuisibles à l'environnement   Les chats en liberté, nuisibles à l'environnement EmptyMer 21 Avr 2010, 3:25 am

Pour faire suite au sujet lancé par Foxtrott, maudit raton laveur avez vous des truc et à l'intervention de Stephane à propos des chats en liberté à l'extérieur des bâtiments agricoles.

Stephane a écrit:

Citation :

Pour le chat, c'est un animal domestique, il ne fait pas partie de la faune indigène a laquelle il nuit considérablement, il continuera malheureusement a nuire a la faune autour de chez toi. Je t'indique une alternative plus efficace (les terriers), non nuisible comme l'est le chat qu'on laisse errer dehors.
Si jamais tu veux lire un peu sur le tueur nuisible qu'est le chat domestique qui erre en liberté et ainsi changer ton comportement pour un plus responsable, voici un article qui t'intéressera sans doute: http://www.hww.ca/hww2_f.asp?id=151&cid=43


Juste pour te montrer l'ampleur du problème des chats errants, imagine le nombre de citadins qui n'ont pas fait opérer Minoune, laquelle se retrouve enceinte et a une portée de six petits minous. Pour beaucoup, ils n'iront pas à la SPCA dans le cas des minous avec lesquels ils ne savent pas quoi faire. Ça serait trop difficile pour eux de penser qu'ils pourraient être responsables de l'euthanasie de ces merveilleux petits animaux soyeux s'ils ne sont pas adoptés. Pour eux, la place de ces chats c'est sur une ferme.

Comme je suis proche de Montréal, pendant l'été j'ai la visite hebdomadaire de gens bien intentionnés qui viennent me proposer la garde de leurs minous en trop. Il y en a même un qui se tenait après moi pendant que j'étais sous une machinerie en train d'effectuer une réparation difficile. Il voulait que je lui dise quoi faire de ses deux chats qu'un autre fermier avec qui il avait un rendez-vous avait refusé de reprendre. Comme si j'avais une poignée dans le dos et que j'étais assez nono pour croire n'importe quelle justification. Au bout d'un certain moment et exaspéré par son insistance, je lui ai dit de les mettre dans une poche, de bien l'attacher avec une grande corde et de les noyer dans le ruisseau en tenant la corde tout en se plaçant au bout du pont. Il n'a pas voulu entendre le bout où je lui aurait dit de les retirer de la poche une fois ses deux chats décédés, de prendre une pelle et de creuser un trou pour les enterrer. Mais non, il a préféré décamper, horrifié qu'un bon fermier puisse tenir de tels propos. Enfin la tranquillité, celle qu'on est supposé retrouver à la campagne.

Mais où penses-tu que ce triste sire est parti. Il s'est rendu dans un chemin de campagne pas trop fréquenté mais avec vue sur des bâtiments de ferme. Ni vu ni connu, il a relâché ses deux chats à cet endroit. Deux chats errants de plus non reliés à une ferme et en liberté totale. Des milliers de gens de la ville posent le même geste. J'ai l'impression que s'il n'y avait que les chats souvent peu domestiqués que les fermiers tolèrent, le problème n'aurait pas la même ampleur qu'il a pris maintenant.

De plus ces chats sont nécessaires aux exploitations de production animale pour éliminer la vermine qui s'installe partout où il y a de la moulée, de l'ensilage, du foin, de la paille et du fumier. Et si leur nombre est restreint, ils auront amplement de quoi se nourrir pour toute l'année. Alors quand le dîner est à portée des pattes et des griffes, pourquoi aller se grimper dans des hauteurs où ils risquent leur vie pour attraper un minuscule oiseau chanteur pendant qu'un gros rat de tas de fumier solide ou de fond humide de batterie de foin les attend (pas trop gros quand même pour ne pas qu'ils soient plus motivés à reculer et à se sauver qu'à foncer sur leur proie).
Revenir en haut Aller en bas
foxtrott

foxtrott


Féminin
Localisation : st andree dargenteuille (laurentide)
Date d'inscription : 07/08/2008

Les chats en liberté, nuisibles à l'environnement Empty
MessageSujet: Re: Les chats en liberté, nuisibles à l'environnement   Les chats en liberté, nuisibles à l'environnement EmptyMer 21 Avr 2010, 8:07 am

ca je suis bien daccord
a date ca fait 5 ans que je suis ici et ca fait au min 10 chat que je me fait '' domper sur ma ferme
il en reste que 4 jen ai replacer chez des amie 3 (il etai pas des chat de ferme et en souffrai beaucoup )
et TOUT mes chat sont steriliser (meme les 2 '' sauvage '' que jai ) un vet est venu les faire a la maison
pour moi cest une responsabiliter
mais mes chat son NESSESSAIRE sur ma ferme ET POUR LES OISEAUX !!! il on bien trop de bien belle petite sourrit a samuser pour penser a chasser les oiseaux

jai a peux pres 15 nid de toute sorte dans les coiffage de mes batiment (de oiseaux ) pourtant si ca serai SI DANGEREUX que ca il ne les ferai pas la juste a coter des chat
,,,
Revenir en haut Aller en bas
Stephane




Localisation : Cantons de l'Est
Date d'inscription : 04/02/2010

Les chats en liberté, nuisibles à l'environnement Empty
MessageSujet: Re: Les chats en liberté, nuisibles à l'environnement   Les chats en liberté, nuisibles à l'environnement EmptyMer 21 Avr 2010, 9:23 am

En effet, j'ai aussi le problème ici, les chats sont systématiquement retirés de l'environnement ici pour protéger la nature de ces tueurs nuisibles mais aussi, pour protéger mes volières. Je capture et envoie a la fourrière pour destruction, bon an mal an, de nombreux chats domestiques dont plusieurs sont très évidemment des chats abandonnés par des "innocents" de passage qui ne veulent pas les faire euthanasier. Ils les "libèrent" alors et ces prédateurs domestiques, ne faisant pas partie de notre nature, y font des ravages épouvantables.

On évalue, et c'est très conservateur, que des centaines de millions d'oiseaux, et des milliards de petits animaux (rongeurs, musaraignes, etc) sont tués inutilement par ces animaux domestiques en Amérique du nord, a CHAQUE année!
Ici, je protège la nature car je l'aime, je prend mes responsabilités (et souvent celles de mes voisins) et je retire tous ces prédateurs nuisibles de la nature. Tous mes voisins sont avisés, leurs chats doivent être controlés et chez eux, s'ils viennent chez moi, je ne les laisserai plus nuire. C'est leur responsabilité, pas la mienne, de s'assurer que leur tueur ne nuise pas mais, de trop nombreuses personnes ne le font pas.

Les chats abandonnés sont une partie du problème mais seulement une partie, la plus grande partie de ce problème sont les propriétaires qui laissent errer leur animal domestique le laissant ainsi détruire la nature sans controle.

Foxtrott m'a accusé de ne pas respecter son opinion mais, il n'est nullement question "d'opinion" ici, ce sont des faits qu'il faut regarder: les chats qui ne sortent pas de la maison ne sont pas neurasténique et peuvent, si leurs maitres s'en donnent la peine, avoir plein de distractions dans la maison. Ils sont aussi en meilleure santé et leur espérance de vie est plus grande. Les chats errants sont aussi porteurs de plusieurs parasites et maladies transmissibles a l'humain.

Il existe des alternatives intéressantes et plus efficaces que les chats pour les rongeurs dans les batiments de ferme, même le poison est moins nocif pour l'environnement car son rayon d'action est généralement moins grand que le chat qu'on laisse errer. Les chats errants dehors sont nourris, ils sont en santé et en forme et compétitionnent les prédateurs sauvages. Ceux ci n'ayant pas la certitude d'avoir un repas a la maison s'ils n'ont pas de succès, sont menacés par la compétition des chats. Ils sont aussi, parfois, poussés vers les animaux domestiques (poules, lapins, etc) par manque de proies abondantes en nature. Ils deviennent alors nuisibles pour les éleveurs, indirectement, a cause des chats errants! Dans les régions ou les populations de chats domestiques qu'on laisse errer sont fortes, plusieurs espèces, dont les oiseaux nichant au sol dans les champs surtout, sont victimes en grands nombres de la prédation de cet animal domestique.

En gros, il faut simplement se pencher sur des faits, pas sur des préjugés comme "les chats ont besoin de liberté" (ce qu'on sait être faux) pour vouloir alors protéger la nature contre nos tueurs domestiques dont ils ne font pas partie. Les chats, comme tout autre animal domestique, doivent être controlés de facon a ne pas détruire induement.
Il existe de nombreuses alternatives aux chats pour controler les rongeurs dans les batiments de ferme. Le réaménagement des environs immédiats de l'étable en créant un habitat propice aux renards et aux hermines en est un très naturel et ne nuit aucunement aux bovins.

Maintenant, et pour finir, je n'ai pas de chat ici simplement parce que j'ai de nombreux oiseaux exotiques dans des volières dans la maison et que la gestion d'un chat serait trop importante en ce moment. Par contre, j'adore les chats et trouve que ce sont des animaux fascinants et très intéressants, DANS LA MAISON! Dehors, ce sont des nuisibles.

En passant Foxtrott, je te félicite pour avoir fait stériliser les chats que tu as chez toi, c'est déjà un bon pas et je t'approuve a 100%.
Revenir en haut Aller en bas
foxtrott

foxtrott


Féminin
Localisation : st andree dargenteuille (laurentide)
Date d'inscription : 07/08/2008

Les chats en liberté, nuisibles à l'environnement Empty
MessageSujet: Re: Les chats en liberté, nuisibles à l'environnement   Les chats en liberté, nuisibles à l'environnement EmptyMer 21 Avr 2010, 9:45 am

ouin mais moi je tapprouve pas du tout

tu te prend pour qui desoler ,,, mais pourquoi detiendrai tu la veriter
et une chance que tu nes pas mon vosin par ce que je te collerai la police au ,,,
non mais !!! la il a des limite tu nes pas le seul au monde ,,,

les chat errant on toujour et feron toujour partie des animaux de ferme (avant meme de faire partie des animaux domestique ,,,) il on toujour ete dans les batiment et on leur grande utiliter ne ten deplaise

je ne laisse pas la nature se detruite puisque au contraire la nature est tres tres presente ici
jai meme plusieur hornitologue qui vienne dans mes champs et ma foret pour voir les oiseux par ce que jai plusieur beaux millieux naturel propice a ceux si et il en a profusion ,,,

que tu aime pas les chat (pour faire ce que tu fait il faut pas les aimer ) cest une chose mais il faut pas charier

ensuite non cest pas faux de dire qu il on besoin de liberter a la base il sont pas nee dnas une maison mais bien dans la nature ne ten deplaise

pourquoi tes oiseaux pourrai avoir leur place et non les chat ,,,

tu parle de fait ,,, ouin des etude on peux en trouver de toute part donc ,,, ca vaux ce que ca vaux ,,,

jaime aussi bien arreter la ,,, Evil or Very Mad
Revenir en haut Aller en bas
Stephane




Localisation : Cantons de l'Est
Date d'inscription : 04/02/2010

Les chats en liberté, nuisibles à l'environnement Empty
MessageSujet: Re: Les chats en liberté, nuisibles à l'environnement   Les chats en liberté, nuisibles à l'environnement EmptyMer 21 Avr 2010, 11:40 am

Les fermes, au sens moderne du terme, sont apparues après que les chats aient été domestiqués... Quand on parle d'animaux domestiques, on ne parle pas d'animaux de compagniée seulement, mais de tous les animaux domestiques, dont le chat fait partie.

Je ne me prend pour personne d'autre que moi Foxtrott, je me base simplement sur la réalité sans sentiments.
Pour la police, il n'y a aucune crainte, j'ai parfaitement le droit d'envoyer a la fourrière tout animal domestique qui erre sur mon terrain. J'ai le droit de ne pas avoir de chats chez moi, surtout que ce prédateur risque de tuer, en plus des animaux sauvages, certains de mes oiseaux exotiques qui valent parfois assez cher. Les propriétaires de chats les laissant venir chez moi sont eux, responsables de respecter ma liberté et mon bien et la nature. Ils ont donc la responsabilité de garder leurs chats sous controle chez eux. Au sens strict de la loi (même si je doute qu'elle soit appliquée dans ces cas la), laisser un chat errer en liberté pourrait être interprété comme une chasse avec une arme prohibée et d'espèces non permises. En effet, si tu chasses avec ton chien, tu peux avoir une amende (certaines chasses sont quand même permises avec les chiens), c'est la même chose, techniquement, avec un chat.

Je ne crois pas pouvoir te faire changer d'idée, tu as ton idée et tu refuseras de la changer peu importe les faits mais, je donne ces informations pour que d'autres puissent eux, agir en conséquence. Je sais par expérience que de plus en plus de personnes, et plusieurs agriculteurs sont dans ce cas, réalisent les dommages et changent leur facon de faire.
Revenir en haut Aller en bas
foxtrott

foxtrott


Féminin
Localisation : st andree dargenteuille (laurentide)
Date d'inscription : 07/08/2008

Les chats en liberté, nuisibles à l'environnement Empty
MessageSujet: Re: Les chats en liberté, nuisibles à l'environnement   Les chats en liberté, nuisibles à l'environnement EmptyMer 21 Avr 2010, 11:47 am

comme jai dit jaime aussi bien plus repondre ...
Evil or Very Mad
par contre pour la police non cest considerer comme du vol ,,,
Evil or Very Mad

et non je ne changerai pas didee PUISQUE JE NAI PAS A LA CHANGER ,,, les chat de grange on toujour ete et resteron
je prend deja des responsabiliter en les fesant operer ,,,mais pour que tes pauvre petit moineaux soit en paix faut pas exagerer ,,, Evil or Very Mad

et les fait ,,, franchement bidon ,,, comme fait ,,, un ptit texte sortie de nul part lol !! bien drole comme fait ,, Sleep Sleep silent Sleep
Revenir en haut Aller en bas
pepelepepe




Masculin
Localisation : Vallée du Richelieu
Date d'inscription : 02/03/2010

Les chats en liberté, nuisibles à l'environnement Empty
MessageSujet: Re: Les chats en liberté, nuisibles à l'environnement   Les chats en liberté, nuisibles à l'environnement EmptyJeu 22 Avr 2010, 3:34 am

Stephane

Ton explication sur la nuisance que peut être le chat pour l'environnement où il se trouve est réelle. Par contre de là à éliminer tous les chats qui se trouvent sur chacune des fermes du monde, ça ressemble plus à une extermination que d'autres chose.

Je veux bien te croire quand tu parles du chat comme d'un animal domestique qui ne doit pas sortir de la maison de son maître, sauf que pour moi, mon contact avec le chat a toujours été à l'extérieur du domicile. Dans mon univers d'enfant grandissant sur une ferme et plus tard en tant qu'adulte, pour moi la place du chat a toujours été dans les bâtiments de ferme.

Par contre un trop grand nombre de chats causera des problèmes sur le nombre de leurs victimes à coup sûr. Mais qu'est-ce qui fait qu'on retrouve chez certaines personnes des dizaines et des dizaines de chats et chattes si ce n'est la sensiblerie de ces gens devant la mort d'un être qu'ils chérissent.

À la ferme, la population de chats et de chattes a toujours été contrôlée. À l'enfance, on savait déjà très bien que la chatte ne garderais que deux chatons et que les autres seraient écartés et mourront de faim. Mon père prenait de court la maman-chatte en devançant son choix. Il lui laissait les deux petits chats les plus vigoureux et prenaient les autres dans ses mains. À l'époque l'euthanasie n'existait pas. Moi et mon frère savions très bien qu'il s'en allait au loin pour tuer ces petits minous. Ça peut sembler sadique présenté cruement comme ça, mais c'était certainement moins souffrant pour ces chatons que de mourir de faim écartés par leur mère. Pour un animal domestique, la mère pratique très bien la sélection naturelle à la manière d'un animal dit non domestique. Comme quoi l'apparente docilité de ces chattes n'arrive pas à endormir leur instinct naturel. Donc pour moi, domestique ou non n'y change rien, le chat a sa place dans le monde animal. Mais cette réalité du chat de ferme n'est possiblement pas celle du chat de maison.

Quand tu parles des oiseaux qui sont sous ta protection, on sent ton attachement pour eux. Mais lorsque tu présentes des raisons théoriques pour interdire le chat à l'extérieur des domiciles, ça ressemble à l'utilisation de prétextes, ou disons de rationalisations pour éviter de parler directement de tes peurs de perdre ce à quoi tu tiens en très haute importance. Des fois comme ça, t'aurais-tu envie d'exprimer le sentiment suivant à haute voix: "j'aime mes oiseaux et je ne veux pas que des chats les tuent". Parce que dans le fond n'est-ce pas de celà qui est en question ici?

Et possiblement que foxtrott attache la même importance à ces chats. Alors pas facile de vous réconcilier sur des enjeux où les sentiments, les émotions et les explications raisonnées de vos positions s'entremèlent et s'entrechoquent les unes avec les autres. Quoi que de délimiter les sentiments de l'un et de l'autre constitue une reconnaissance de ce que l'un et l'autre expriment. Ça permet de tempérer nos positions qui quelquefois s'approchent de l'intransigeance.

Excusez-moi de m'immiscier dans votre différent, mais vu que j'apprends à faire l'avocat (du diable) dans un autre sujet (L'anthropomorphisme des Québécois du Sud), et que beaucoup d'avocats pratiquent la médiation, alors je me propose. Qui plus est gratuitement. Alors c'est pour quand les déclarations d'amitié sincère? Les chats en liberté, nuisibles à l'environnement 411874
Revenir en haut Aller en bas
sue




Féminin
Localisation : bois franc
Date d'inscription : 13/01/2010

Les chats en liberté, nuisibles à l'environnement Empty
MessageSujet: Re: Les chats en liberté, nuisibles à l'environnement   Les chats en liberté, nuisibles à l'environnement EmptyJeu 22 Avr 2010, 8:28 am

tu as raison pepe
Revenir en haut Aller en bas
Stephane




Localisation : Cantons de l'Est
Date d'inscription : 04/02/2010

Les chats en liberté, nuisibles à l'environnement Empty
MessageSujet: Re: Les chats en liberté, nuisibles à l'environnement   Les chats en liberté, nuisibles à l'environnement EmptyJeu 22 Avr 2010, 10:13 am

Pepe, je n'éprouve aucune animosité face a Foxtrott. Je suis certain que c'est quelqu'un de bien sur la majorité des côtés.

J'utilise le fait que je dois protéger "mes" oiseaux exotiques simplement parce que, c'est la seule chose que comprennent certains de mes voisins. Ils se foutent que leurs chats tuent et détruisent en nature mais, comme je peux alors les menaces d'attaquer leur portefeuille pour rembourser les dégats de leurs tueurs, dans certains cas, ca fait effet et ils commencent a garder leurs chats la ou ils devraient être.

J'accepte sans peine (bien que oui, comme tout le monde, je rage si ca arrive) qu'un prédateur sauvage entre dans un de mes enclos et tue des oiseaux que j'aurais mal protégés mais je refuse de cautionner un comportement irresponsable face a la faune sauvage et face a mes oiseaux exotiques. Si le chien de votre voisin se retrouve dans un ravage de cerfs de virginie, il sera abattu parce que c'est un animal domestique dont vous avez la responsabilité et qu'il nuit, même chose si quelqu'un élève des moutons et que le chien du voisin en tue, il sera abattu et en plus, la valeur des moutons pourra être réclamée. Eh bien, c'est EXACTEMENT LA MÊME CHOSE pour un chat.

Pour ceux qui prétendent que ce sont des paroles en l'air, voici quelques articles qui parlent de l'impact réel des chas sur la nature. Désolé qu'il n'y en ait pas plus mais je n'ai pris que quelques minutes pour vous les trouver. En espérant que je n'ai pas trop placés de doublons!

http://www.maxisciences.com/chat/valuer-l-039-impact-des-chats-domestiques-sur-la-faune-sauvage-urbaine_art924.html

http://www.nysm.nysed.gov/staffpubs/docs/15128.pdf

http://planetearth.nerc.ac.uk/news/story.aspx?id=263

http://www.law.ufl.edu/conservation/pdf/feralcat.pdf

http://www.avma.org/issues/policy/animal_welfare/feral_cats.asp

http://www.keepanimalssafe.ca/resources.htm

http://www.abcbirds.org/newsandreports/NFWF.pdf

http://www.audubon.org/bird/cat/

http://www.abcbirds.org/abcprograms/policy/cats/

http://www.abcbirds.org/abcprograms/policy/cats/materials/predation.pdf


Dernière édition par Stephane le Ven 23 Avr 2010, 2:13 pm, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Happy

Happy


Féminin
Localisation : Abit-Tibi
Date d'inscription : 26/07/2008

Les chats en liberté, nuisibles à l'environnement Empty
MessageSujet: Re: Les chats en liberté, nuisibles à l'environnement   Les chats en liberté, nuisibles à l'environnement EmptyVen 23 Avr 2010, 8:55 am

le problème, ce n'est pas les chats en soi, mais les propriétaires de ces animaux qui ne s'en occupent pas comme il le faudrait, premièrement la stérilisation ou le contrôle de la population féline sur les fermes. Je ne crois pas qu'un fermier qui possède 2 ou 3 chats va dérégler la nature, les humains le font très bien eux-même merci!!
J'ai un chat castré, il vit dans la maison mais sort fréquemment....j'ai déjà mit des mangeoires à oiseaux, j'aimais les voir de près...mais après avoir vue plusieurs ailes ou pattes par terre, je savais que mon chat chassait ces pauvres petits oiseaux (même s'il est obèse) alors j'ai arrêté de les nourrir et je les regarde de loin... Wink
Revenir en haut Aller en bas
pepelepepe




Masculin
Localisation : Vallée du Richelieu
Date d'inscription : 02/03/2010

Les chats en liberté, nuisibles à l'environnement Empty
MessageSujet: Re: Les chats en liberté, nuisibles à l'environnement   Les chats en liberté, nuisibles à l'environnement EmptySam 24 Avr 2010, 2:04 am

En gros ces articles parle du problème de surpopulation de la gent féline. Il y a plusieurs chiffres assez importants qui sont énoncés. L'un des articles parlait de 1 billions de petits mammifères tués par les chats annuellement aux États-Unis. Un billion, ça fait du monde à la messe.

Mais Stephane, corrige moi si je me trompe, à part une étude qui mentionnait une campagne d'éradication du chat errant ou délaissé, les autres parlaient plutôt de sensibilisation de la population au problème du nombre croissant de chats en liberté.

Maintenant la question qui tue? Pour paraphraser Guy A. Lepage. Si tous les chats étaient enfermés à double tour, qu'arriverait-il seulement aux États-Unis avec ce billion de mammifères rescapés d'une fin prévue sous les griffes et maintenant bien vivants et toujours présents dans l'environnement? La deuxième année, une grande partie de ce billion de petits mammifères qui déjà s'ajoute à la faune seront toujours là et leur progéniture ne fera qu'augmenter ce nombre d'autant plus. Va t-on vivre l'envers de la médaille? Des impacts environnementaux insoupçonnés par manque de chats.

J'abonde dans le sens du propos de Happy. Ce qu'il faut viser, c'est un contrôle équilibré de la population de chats. Une trop grande présence de ce prédateur cause des impacts indéniables sur la faune, mais une diminution trop élevée pourrait aussi être dommageable.
Revenir en haut Aller en bas
foxtrott

foxtrott


Féminin
Localisation : st andree dargenteuille (laurentide)
Date d'inscription : 07/08/2008

Les chats en liberté, nuisibles à l'environnement Empty
MessageSujet: Re: Les chats en liberté, nuisibles à l'environnement   Les chats en liberté, nuisibles à l'environnement EmptyLun 26 Avr 2010, 12:48 pm

et cest justement ce que je fait en me donnans UN DEVOIR de steriliser TOUT MES ANIMAUX

et mes chat de grange reste des chat de ferme (oui je les aime comme jaime tout les animaux mais sans plus (il ne sont pas comme mes chat de maison (qui sorte eu aussi)

je comprend ce que tu veux dire par la pepe et oui pour mes chat de maison mais les chat de ferme sont vraiment la a LEUR PLACE QUI EST BIEN A EUX dans l ecurie pour eliminer la vermine (chose qui font a merveille !) et la vermine les oiseaux en font pas partie !!! pentoute lol !si tu voyais le nombre doiseaux que jai dans la grange tu verrai que ca en est presque un probleme (je sais pas la sorte mais je doit avoir une 20 en de pigon qui vive dans ma grange avec une autre sorte de moineaux qui doit bien en avoir 50 ! et serieux pouvoir men defaire !!! je le ferai !
ca fait du trouble !
donc non mes 2 chat de grange et deux de maison ne font surement pas de ravage lol !!!

et cest comme dans toute chose il faut un equilibre ! et pour moi pour lequilibre ca commence part la sterilisation !
des chatte ET DES MALe
par ce que souvent le monde vont prendre des male bat ca fait pas de bebe ca
ben non il reporte le probleme !ailleur !!!
il en font pas chez eux mais peuvent metre des 10 en de chatte gestante par contre
Revenir en haut Aller en bas
Stephane




Localisation : Cantons de l'Est
Date d'inscription : 04/02/2010

Les chats en liberté, nuisibles à l'environnement Empty
MessageSujet: Re: Les chats en liberté, nuisibles à l'environnement   Les chats en liberté, nuisibles à l'environnement EmptyLun 26 Avr 2010, 5:47 pm

pepelepepe a écrit:
En gros ces articles parle du problème de surpopulation de la gent féline. Il y a plusieurs chiffres assez importants qui sont énoncés. L'un des articles parlait de 1 billions de petits mammifères tués par les chats annuellement aux États-Unis. Un billion, ça fait du monde à la messe.
En effet, ce sont des estimations conservatrices.

pepelepepe a écrit:
Mais Stephane, corrige moi si je me trompe, à part une étude qui mentionnait une campagne d'éradication du chat errant ou délaissé, les autres parlaient plutôt de sensibilisation de la population au problème du nombre croissant de chats en liberté.
C'est vrai, parce que le problème n'est pas autant les chats errants ou délaissés qui meurent la plupart du temps l'hiver s'ils ne trouvent pas d'humains pour s'en occuper mais bien les chats que les gens nourrissent et laissent quand même errer et détruire.

pepelepepe a écrit:
Maintenant la question qui tue? Pour paraphraser Guy A. Lepage. Si tous les chats étaient enfermés à double tour, qu'arriverait-il seulement aux États-Unis avec ce billion de mammifères rescapés d'une fin prévue sous les griffes et maintenant bien vivants et toujours présents dans l'environnement? La deuxième année, une grande partie de ce billion de petits mammifères qui déjà s'ajoute à la faune seront toujours là et leur progéniture ne fera qu'augmenter ce nombre d'autant plus. Va t-on vivre l'envers de la médaille? Des impacts environnementaux insoupçonnés par manque de chats.
Au début, les petits rongeurs pourraient connaitre une croissance importante mais rapidement, les hermines, oiseaux de proie, renards et autres prédateurs naturels de ces rongeurs pourraient profiter et réétablir un meilleur équilibre. Il y aurait aussi le fait que de petits prédateurs comme les Grandes musaraignes et les hermines ne souffriraient plus de la prédation par le chat domestique et viendraient s'ajouter aux prédateurs qui y survivent déjà. La dimension des territoires de prédateurs sauvages est la plupart du temps dictée par l'abondance de la nourriture disponible, des prédateurs qui meurent aujourd'hui de faim, a cause de la compétition par le chat domestique, survivraient alors et pourraient manger ces "excédents". Les oiseaux ne souffrant plus de cette prédation non naturelle pourraient manger plus d'insectes (même les oiseaux granivores nourrissent leurs jeunes d'insectes) ce qui aiderait sans doute a réduire l'utilisation de pesticides. En zone urbaine, il faudrait sans doute faire des aménagements pour réattirer les prédateurs naturels des rongeurs introduits comme les souris communes et les rats surmulots.

pepelepepe a écrit:
J'abonde dans le sens du propos de Happy. Ce qu'il faut viser, c'est un contrôle équilibré de la population de chats. Une trop grande présence de ce prédateur cause des impacts indéniables sur la faune, mais une diminution trop élevée pourrait aussi être dommageable.
Voir ci haut....

En gros, comme je l'ai déjà dit, il faut simplement considérer le chat pour ce qu'il est, un animal fascinant, super a garder, mais un tueur a ne pas laisser errer et détruire. On reconnait déjà sans problème que le chien ne peut pas être laissé a errer et tuer, il faut seulement reconnaitre que le chat est aussi un animal domestique n'ayant pas de place dans la nature nord-américaine qui n'est pas adaptée pour répondre a ce problème.
Revenir en haut Aller en bas
Kalina

Kalina


Féminin
Date d'inscription : 17/03/2009

Les chats en liberté, nuisibles à l'environnement Empty
MessageSujet: Re: Les chats en liberté, nuisibles à l'environnement   Les chats en liberté, nuisibles à l'environnement EmptyMar 27 Avr 2010, 7:53 pm

Je crois aussi plutôt à l'équilibre plutôt qu'a l'éradiquation des chats en liberté. J'ai beaucoup de misère avec les gens qui ne font pas stériliser leur chatte, et qui se retrouvent "fourrés" avec tous les chatons, je les trouve tellement caves... au moins il y en a qui stérilisent après une portée, c'était déjà moins pire, mais les autres... grrr

Moi aussi TOUS mes chats sont stérilisés, MÊME si ce sont des chats d'écurie (tsé les gens... "ben là, c't'un chat de grange, pas besoin de voir le vétérinaire, pas besoin de vermifuge, pas besoin de se faire opérer, pas besoin de bouffe" Evil or Very Mad
Revenir en haut Aller en bas
pepelepepe




Masculin
Localisation : Vallée du Richelieu
Date d'inscription : 02/03/2010

Les chats en liberté, nuisibles à l'environnement Empty
MessageSujet: Re: Les chats en liberté, nuisibles à l'environnement   Les chats en liberté, nuisibles à l'environnement EmptyMar 27 Avr 2010, 9:55 pm

Question

Au nombre de chats en liberté dans les villes et à la campagne, quel sont les prédateurs de ceux-ci? Et je ne parle pas ici des pneux des véhicules routiers ou du chien du voisin.

D'interdire de sortie le chat bien-aimé fera l'affaire des propriétaires d'oiseaux et des petits mammifères. Mais pas trop longtemps puisque les chats seront remplacés en grande partie, sinon totalement, par d'autres prédateurs de la faune sauvage en vertue de l'équilibre naturel. Mais je suis pas sûr que si on pouvait demander l'avis des renards, des chouettes, des blaireaux, et des coyotes, qu'ils seraient d'accord avec cette approche.

Dans mon coin, un hibou grand-duc d'Amérique gigantesque faisait des ravages parmi les chats du voisinage. Au début, les gens qui perdaient leurs chats accusaient un ornithologue aussi défenseur des oiseaux ayant proféré des menaces visant les chats du voisinage d'être le responsable de la disparition de leur chéri. Jusqu'à ce qu'une citoyenne soit témoin de l'attaque au crépuscule du grand-duc sur un chat. Branle-bas de combat parmi le voisinage, cachons les chats avant de les voir tous se faire bouffer par le hibou grand-duc. Et bonne chance au chat errant!

Dans la grande région autour du Mont St-Bruno, de St-Basile le Grand jusqu'à Longueuil, plusieurs chats disparaissent sans laisser de trace. Peut-être assistent-on à la même situation qui a eu lieu dans mon voisinage. J'ai retrouvé un article à cet effet dans Le Journal de St-Hubert accompagné d'une photo qui démontre le sérieux des inquiétudes des propriétaires de chats de cet endroit. Notez que St-Hubert fusionné dans le grand Longueuil n'est pas à proprement parlé, un lieu de réjouissances bucoliques axé sur la vue de grands espaces verts. Longueuil est la cinquième ville la plus populeuse au Québec. Elle est considérée avec sa banlieue, comme une ville en plein développement avec ses structures à prépondérance de ciment, de béton et d'asphalte. Un lieu où seuls les pneux des automobiles représentent un danger pour ces chats laissés en liberté par leur maîtres. Mais est-ce si vrai? Lisez l'article suivant qui fait foi d'une autre réalité.


Citation :

….ou le grand duc d’Amérique


Léo Gagnon
Actualités - Publié le 17 décembre 2009 à 09:00

Plusieurs annonces de chats disparus ont été placardées sur les boites postales et lampadaires du quartier, comme en témoigne cette photo.

Selon le technicien de la faune, Claude Sirois, du ministère des Ressources naturelles et de la Faune, il n’est pas impossible que le coyote soit à l’origine des disparitions de petits animaux près du quartier des Mille Fleurs mais il avance aussi une toute autre hypothèse.

Le grand duc d’Amérique serait en effet parmi les « espèces animales très habiles à capturer les chats » et petits animaux. Ainsi, un dossier a déjà été ouvert au ministère à ce sujet. Le « grand duc d’Amérique » est assez puissant pour ramasser un chat.

M. Sirois informe qu’on a remarqué une nidification importante de ces grands ducs d’Amérique au mont St-Bruno. De leur côté, les coyotes ne vivent pas en zone urbaine mais il admet qu’ils puissent s’en trouver en zone périurbaine, les champs agricoles et boisés. Comme le chat monte aux arbres, ce que ne peut faire le coyote, M. Sirois semble opiner pour l’hypothèse de l’oiseau de proie, sans exclure l’autre.
...


la photo:

[img]Les chats en liberté, nuisibles à l'environnement Chats_10[/img]


et le lien vers l'article:

http://lejournaldesainthubert.canoe.ca/webapp/sitepages/content.asp?contentid=122152&id=830


Espérons que les agents de la faune du Québec ne déplaceront pas ces oiseaux de proies vivant dans l'aire protégée du parc du mont St-Bruno. Je crois pas que ce soit dans leurs intentions. Le parc est voulu comme un endroit naturel et il serait très malvenu que les agents de la faune y interviennent. Dommage, eux et les propriétaires de chats domestiques devront réfléchir à d'autres alternatives.


C'est quand même étonnant de savoir que le chat et le grand duc d'Amérique chassent des proie identiques comme le rat et la souris, mais que le chat ayant avalé une souris peut à son tour se faire déchiqueter et dévorer par le hibou grand-duc. Le hibou fait d'une pierre deux coups. En attrapant le chat, il attrape aussi la souris que ce dernier a dévoré. Pour ce chat, ça va dans le sens du proverbe "tel est pris qui croyait prendre".

Le chat est un prédateur efficace, mais le silencieux grand-duc d'Amérique, le sournois blaireau, le tenace et organisé coyote et le rusé renard ne le sont pas moins. Le chat domestique fait aussi partie du régime alimentaire de d'autres animaux. Étonnamment, la population de ces derniers n'a pas connue une hausse très fulgurante en fonction du même équilibre naturel invoqué ci-haut concernant l'augmentation de la population de prédateurs remplaçant des chats confinés au domicile. Une présence accrue de chats et donc de bouffe pour les prédateurs de ces chats aurait dû à moyen terme permettre à un plus grand nombre de ces prédateurs de se multiplier. Peut-être n'y a-t'il pas tant qu'on veut nous le laisser croire un nombre aussi grand de chats en liberté buissonnière ou champêtre que l'affirme les spécialistes à cet effet. À moins que ce ne soit le chat lui-même qui nous confond tous. Il se sert du respect et de l'admiration des humains à son endroit pour qu'ils limitent l'accroissement de ses prédateurs.

Le chat contrôle l'Homme. Incroyable! Encore une diversion de l'élite bien pensante de l'écologie parfaite. Pour moi la vraie question est la suivante: est-on en présence d'un autre dossier comme la grippe H1N1 où les soi-disants savants deviennent des prophètes de malheurs qui ne se réalisent jamais? Pendant ce temps les milliers d'études sur le sujet sont bien compensées et les conclusions qu'elles supportent force une répétitivité des aides nécessaires. La recherche se suffit à elle-même dans ce sens que les conclusions vont toutes dans la direction d'une situation cahotique sinon apocalyptique qui justifie la pertinence d'effectuer d'autres recherches. Et le chercheur fait une longue carrière payante et gratifiante. Il pourra toujours dire un grand MERCI aux contribuables déroutés par tant d'expertises à propos de tout ce qui les touchent, dont les activités extérieures de leurs chats bien-aimés.
Revenir en haut Aller en bas
Stephane




Localisation : Cantons de l'Est
Date d'inscription : 04/02/2010

Les chats en liberté, nuisibles à l'environnement Empty
MessageSujet: Re: Les chats en liberté, nuisibles à l'environnement   Les chats en liberté, nuisibles à l'environnement EmptyMar 27 Avr 2010, 11:22 pm

En fait, les prédateurs du chat doivent avoir vraiment faim, possiblement justement parce que les proies que tue ce dernier sont devenues plus rares. En effet, aucun prédateur bien nourri n'attaquera un prédateur aussi féroce et dangereux qu'un chat. Même le Grand-Duc d'Amérique préfère des proies plus faciles a tuer mais, comme les levreaux et lapereaux sont des proies fréquentes du chat, ils sont moins nombreux dans les zones urbaines et périphériques des villes. C'est donc aux chats que s'attaquent certains Grands-Ducs pour essayer de compenser mais encore là, ce sont des comportements quand même peu fréquents et probablement le fait d'individus jeunes et affamés.
Le chat peut être la proie d'autres prédateurs mais, quand ils peuvent éviter ce risque, ils le font. C'est beaucoup moins dangereux d'attaquer un herbivore qu'un prédateur ayant des dents et des griffes très efficaces. Quand la population d'un prédateur, naturel ou encore domestique comme le chat ou le chien, augmente, elle ne permet pas aux autres prédateurs d'augmenter même si, parfois, ils en tuent et en mangent! Ca demeure quand même des compétiteurs d'abord et avant tout.

Et non, le chat n'est pas partie intégrante d'une écologie équilibrée en Amérique du Nord, c'est un animal domestique profitant d'avantages que n'ont pas les autres prédateurs et qui, en plus, n'a pas évolué en compagnie des animaux indigènes et naturels ici. Malheureusement, y'a encore beaucoup de propriétaires de chats qui refusent de les regarder comme ils regarderaient n'importe quel autre animal domestique et réaliser la nuisance qu'il hors de son habitat naturel en Amérique du nord: la maison.
Revenir en haut Aller en bas
pepelepepe




Masculin
Localisation : Vallée du Richelieu
Date d'inscription : 02/03/2010

Les chats en liberté, nuisibles à l'environnement Empty
MessageSujet: Re: Les chats en liberté, nuisibles à l'environnement   Les chats en liberté, nuisibles à l'environnement EmptyMer 28 Avr 2010, 4:32 am

Je crois pas qu'un coyote va reculer devant un chat aussi athlétique que soit ce dernier.

Je me souviens très bien d'une chienne qu'on avait à la ferme entre 1992 et 2004. Une chienne mélangée berger allemand et colley. C'était clair que pour elle, elle était le boss de la basse-cour sur la ferme. Elle n'a jamais tué de chats ou de chattes, mais tous lui devaient révérence. Et à chaque fois qu'un chat inconnu souvent non apprivoisé se pointait à la ferme, son premier comportement était de mettre les deux pattes sur lui. Il n'avait d'autres choix que d'obtempérer ou de goûter aux crocs de la chienne. Et pourtant elle n'a jamais eu à les mordre. Pour avoir assister au rituel, je n'ai pas eu l'impression que même les chats dits sauvages ont présenté une difficulté pour cette chienne. Et ça se fait rapidement. Genre elle voit le chat, elle coure vers le chat et elle saute sur le chat. 1,2,3 et s'est fait.

Alors, Stephane quand tu parle du chat comme d'un prédateur féroce et dangereux, que de plus grands prédateurs vont éviter pour ne pas se faire écorcher, tu y vas un peu pas mal fort. Un chat, c'est quand même pas un lynx du Canada, et encore moins un couguar (très rare au Québec).

Il y a une chatte énorme polydactyle aux quatre pattes (6 doigts à l'avant et 5 doigts à l'arrière) qui a élu domicile avec ses chatons dans ma batterie de foin en 1995 ou 1996 (remise à foin attenante à l'étable). C'est ce que j'appelle un chat 'squatter' non apprivoisé qui occupe un endroit où il n'est pas né mais s'impose sans que les propriétaires veulent l'accueillir. Cette nouvelle venue faisait fuir tous les animaux qui se trouvaient autour de cette batterie de foin: les autres chats, les ratons laveurs, les marmottes et même les mouffettes. Moi même, lorsque j'allais dans cette partie de la grange, je faisais attention de ne pas m'approcher trop près pour ne pas avoir à subir une attaque de sa part.

La question que j'avais à ce moment était, qu'est-ce qui va se passer lorsque la chienne va se montrer le bout du nez dans cette batterie? J'ai fait en sorte que les deux ne se rencontrent pas en laissant fermée la porte d'accès. Mais il faut bien que je l'ouvre pour sortir mes balles de foin. À la première occasion, la chienne s'est faufilée et est restée debout non loin de l'embrasure de cette porte. Comme à son habitude, lorsque la chatte a vu cet intrus, elle a foncé dessus à toute vitesse du haut du carré de foin. La chienne a levé la tête sans reculer et elle a figé devant la détermination de son adversaire du moment. La chatte, après sa charge, est repartie vers le haut du carré de foin. C'est la seule fois que j'ai vu cette chienne rester sans réactions comme totalement surprise par cette attaque frontale inattendue. Elle faisait face au taureau de la ferme en se déplaçant de côté pour éviter ses coups de tête. C'est vous dire ma stupéfaction devant la scène.

Mais une surprise n'arrive qu'à la première rencontre. À la deuxième occasion, la chienne plutôt que de rester debout dans l'attente de ce qui se produirait, est entrée en courant et a foncé vers la chatte arrivant à toute vitesse. Je m'attendais à une dure bataille. Mais pas du tout, la chienne n'a fait ni un, ni deux, qu'elle avait les deux pattes sur la chatte qui est devenue subitement très immobile. Elle rageait sous les pattes de la chienne, les crocs serrés sur son cou, mais elle n'osait pas bouger. Comme si elle sentait que la chienne ne voulait qu'asseoir sa domination. La chienne est donc restée facilement le chef incontesté des animaux à la ferme.

Et sincèrement, je vois pas cette chienne se mesurer à un coyote. Alors le coyote a peur des chats. C'est vraiment pas mon impression. Je crois que la seule peur qu'il a, c'est de ne pas en rencontrer un et d'avoir à se passer d'un repas facile.

En parlant d'un animal dangereux et féroce, si en vous promenant, vous aviez l'opportunité de faire face à un chat non apprivoisé agressif ou à un coyote affamé, dans le meilleur des scénarios, lequel aimeriez-vous mieux rencontrer? Posez la question c'est y répondre.

Pour ce qui est du renard, j'aurais tendance à pencher vers l'affirmation de Stephane lorsqu'il dit qu'un animal s'attaque aux chats lorsqu'il est affamé. Le renard se nourrira de chats que s'il est tenaillé par une faim persistante. Mais il peut aussi tuer les chats pour une question de territoires, dans le but d'éliminer un intrus malvenu menaçant son garde-manger. Mais en général il a tendance à respecter la capacité du chat à se défendre.

Le blaireau m'est peu familier. Je croyais qu'il raffolait des vers de terre et qu'il partageait son terrier avec d'autres animaux comme le renard. Malgré sa forte carrure, je croyais pas qu'il s'attaquerait aux chats. Mais si le coyote est tenace, le blaireau l'est d'autant plus. Sournois comme c'est pas possible, ses très fortes pattes peuvent lacérer profondément, et sa machoîre lorsque refermée ne peut être ouverte qu'en fracturant son crâne. Mais pour une question de territoire, il fera fuir le chat ou le tuera s'il le peut.

Dans le cas du grand duc d'Amérique, il est l'un des seuls prédateurs de notre emblême de la bonne odeur, notre fameuse mouffette. Il en fait ses délices. Je suppose et j'espère pour lui que son odorat n'est pas aussi développé que son ouïe ou sa vue. Un tel oiseau de proie qui n'a pas peur de s'en prendre à une mouffette n'aura pas peur d'empoigner un chat, lequel de toute façon ce hibou de très grande envergure tue instantanément en appliquant les serres de ses pattes à la base du crâne de sa victime. Alors le grand duc d'Amérique a peur du chat? Encore là, je crois que sa seule peur, c'est d'avoir un moustique qui lui rentre dans un oeil lorsqu'il s'approche de sa proie à toute vitesse et en silence.

Quant Stephane dit que le chat ne fais pas "partie intégrante d'une écologie équilibrée", il prend bien soin de préciser en Amérique du Nord. Car en Europe, en Asie et en Afrique le chat sauvage (chat forestier) y est bien implanté. Il fait l'objet d'une protection spéciale dans une grande partie des pays d'Europe. Il ressemble fortement au chat domestique tigré ou au chat haret tigré (chat domestique retourné à l'état sauvage). Il est considéré comme un cousin du chat domestique, bien que pour le chat sauvage d'Asie, certains voit ce dernier comme l'ancêtre du chat domestique asiatique. "Son régime alimentaire se compose à plus de 90 % de Campagnols et de Mulots avec une infime consommation d'Oiseaux, limitée aux espèces de milieux ouverts tels que Perdrix ou Faisan. Le Chat forestier demeure un des rares Carnivores prédateur des Mulots, parce que le seul à posséder une agilité suffisante pour les capturer hors de leurs terriers"(1-). La plus grande menace pour sa survie demeure l'homme, et les changements qu'il amène à son habitat naturel.

Si en Europe le chat haret est perçu comme une catégorie différente du chat domestique et a été chassé jusqu'à tout récemment (juin 1987 en France), ne pourrait-il pas aussi être considéré comme une catégorie à part entière du cycle naturel? Il y joue un rôle de régulation des petits animaux aussi important que d'autres espèces ne le font. Et si c'est bon pour l'Europe, c'est certainement aussi applicable pour les Amériques.

En conclusion, il n'y a pas qu'un type de chat appelé le chat domestique. Il y a le chat sauvage qui est une espèce en lui-même. Il y a le chat métissé qui correspond à un croisement entre le chat domestique et le chat sauvage. Il y a le chat haret qui est en fait un chat domestique retourné à l'état sauvage et dont les chatons n'ont pas connu cet état de domestication. Et il y a de ces chats situés à l'intérieur de ces trois catégories, tel que le chat de campagne n'ayant jamais vécu dans une maison. Alors de demander de manière péremptoire que tous les chats soit traités également et soient donc enfermés à double tour dans nos maisons est contre-nature et très abusif pour les milliers de chats n'ayant jamais connus un tel état.


Références dans le texte:

1- http://www.geml.fr/mammifere/carnivore/chat.html
Revenir en haut Aller en bas
math

math


Masculin
Localisation : Colombourg Abitibi-Ouest
Date d'inscription : 03/05/2008

Les chats en liberté, nuisibles à l'environnement Empty
MessageSujet: Re: Les chats en liberté, nuisibles à l'environnement   Les chats en liberté, nuisibles à l'environnement EmptyMer 28 Avr 2010, 8:39 am

Dans mon coin la concentration de coyotes est tellement forte que les chats disparaissent les uns après les autres, mais est-ce vraiment sa Les chats en liberté, nuisibles à l'environnement 222402
Revenir en haut Aller en bas
Happy

Happy


Féminin
Localisation : Abit-Tibi
Date d'inscription : 26/07/2008

Les chats en liberté, nuisibles à l'environnement Empty
MessageSujet: Re: Les chats en liberté, nuisibles à l'environnement   Les chats en liberté, nuisibles à l'environnement EmptyMer 28 Avr 2010, 9:16 am

Citation :
le chat ne fais pas "partie intégrante d'une écologie équilibrée"
les humains non plus de toute façon....
Revenir en haut Aller en bas
Stephane




Localisation : Cantons de l'Est
Date d'inscription : 04/02/2010

Les chats en liberté, nuisibles à l'environnement Empty
MessageSujet: Re: Les chats en liberté, nuisibles à l'environnement   Les chats en liberté, nuisibles à l'environnement EmptyMer 28 Avr 2010, 10:06 am

Pepelepepe, j'avais une chienne ici, une Hysky de Sibérie, c'était une tueuse de chats, si un chat passait a sa porté, elle le tuait en général, elle a quand même connu des chats qui lui ont tenu tête et elle n'a pu les tuer, elle reconnaissait que ces chats pouvaient lui être nocifs.
Elle était un animal domestique, même si les Husky sont assez primitifs, ils demeurent dénaturés par la domestication.
Un prédateur sauvage lui, n'a pas l'humain derrière lui pour le nourrir, pour le protéger et le soigner s'il est gravement blessé, s'il est blessé, il court de grands risques d'en mourir. Contrairement aux prédateurs domestiques, il n'a pas d'endroit sécurisé ou se réfugier sous la protection humaine en cas de besoin. Ils n'abordent donc pas les autres prédateurs de la facon que nous, ou les animaux domestiques, le faisons. C'est pourquoi ils évitent en général d'attaquer d'autres prédateurs qui pourraient les blesser. Ce n'est pas une exagération, simplement une question de survie.
En europe, depuis des millénaires, la densité humaine est très importante et peu de la nature originale existe encore. Ils ont d'ailleurs d'importants problèmes a protéger le peu qu'il en reste et doivent très souvent prendre des mesures drastiques pour la garder. Le Chat sauvages(Felis sylvestris ssp) fait partie de leur nature. Le chat domestique(felis sylvestris domesticus) qui "retourne" a l'état sauvage le fait dans une nature dénaturée et ou il existe déjà un animal très semblable comme prédateur. Ce n'est pas le cas ici. Nous avons encore la chance d'avoir une nature pas trop massacrée, même dans le sud du Quebec, pourquoi faudrait-il que nous attentions pour la protéger? Surtout quand, dans le problème qui nous concerne, la solution est si simple.
Quand au supposé inconfort d'un chat habitué a errer dehors qu'on restreint a l'intérieur, j'ai connus plusieurs de ces animaux et ils paraissaient très heureux (faut faire attention a l'antropomorphisme). Par contre, leurs maitres avaient pris les moyens pour qu'ils soient stimulés et aient un environnement intéressant! L'une d'elle, avait même construit, dehors, près de la maison, une immense cage dans laquelle les chats avaient accès.
Je ne dis pas qu'aucun chat ne peut sortir de la maison, mais ils doivent être dans l'incapacité de chasser et détruire, comme on doit le faire pour le chien, c'est normal, la solution la plus simple c'est de les maintenir a l'intérieur des batiments. Les seuls raisons que j'ai vues pour "justifier" le fait de laisser errer les chats dehors en liberté, ce sont des raisons basées sur des valeurs erronées et sans fondement: "il a besoin de chasser en liberté", "il est utile en chassant les souris des batiments (c'est vrai mais le champs derrière l'étable ou il va souvent tuer n'est pas le batiment)", "ca a toujours été comme ca donc c'est naturel (mon père et mon grand-père buvaient de la bière au volant, est-ce une bonne idée que je le fasse aussi?)"... Il y a maintenant des connaissances qui nous permettent de constater les impacts plus précisément et la densité de ces chats ne cesse d'augmenter, il est plus que temps que nous prenions des mesures pour minimiser les impacts inutiles qu'ont nos animaux domestiques.

Happy, les humains sont en Amérique du Nord depuis des millénaires, les seuls "problèmes" qu'ils présentent sont leur surpopulation et les modifications drastiques qu'ils font maintenant a l'environnement.
Revenir en haut Aller en bas
foxtrott

foxtrott


Féminin
Localisation : st andree dargenteuille (laurentide)
Date d'inscription : 07/08/2008

Les chats en liberté, nuisibles à l'environnement Empty
MessageSujet: Re: Les chats en liberté, nuisibles à l'environnement   Les chats en liberté, nuisibles à l'environnement EmptyMer 28 Avr 2010, 10:22 am

happy oublie ca ses peine perdu avec stephane on est tous une gagne de nono qui ne prenon pas nos responsabiliter Rolling Eyes

mais tu a bien raison ! pale
et les chat de ferme etai la avec les homme depuis des millenaire aussi ,,,
meme que ,,,
Revenir en haut Aller en bas
foxtrott

foxtrott


Féminin
Localisation : st andree dargenteuille (laurentide)
Date d'inscription : 07/08/2008

Les chats en liberté, nuisibles à l'environnement Empty
MessageSujet: Re: Les chats en liberté, nuisibles à l'environnement   Les chats en liberté, nuisibles à l'environnement EmptyMer 28 Avr 2010, 10:24 am

vraimetn interessant ton recit pepe merci !
Revenir en haut Aller en bas
pepelepepe




Masculin
Localisation : Vallée du Richelieu
Date d'inscription : 02/03/2010

Les chats en liberté, nuisibles à l'environnement Empty
MessageSujet: Re: Les chats en liberté, nuisibles à l'environnement   Les chats en liberté, nuisibles à l'environnement EmptyMer 28 Avr 2010, 12:41 pm

Stephane a écrit:


Citation :

Un prédateur sauvage lui, n'a pas l'humain derrière lui pour le nourrir, pour le protéger et le soigner s'il est gravement blessé, s'il est blessé, il court de grands risques d'en mourir. Contrairement aux prédateurs domestiques, il n'a pas d'endroit sécurisé ou se réfugier sous la protection humaine en cas de besoin. Ils n'abordent donc pas les autres prédateurs de la facon que nous, ou les animaux domestiques, le faisons. C'est pourquoi ils évitent en général d'attaquer d'autres prédateurs qui pourraient les blesser. Ce n'est pas une exagération, simplement une question de survie.


C'est bien mal connaître la faculté d'adaptation du coyote. Cet omnivore s'adapte en fonction de la nourriture qui est disponible. Il ne recule pas devant des ratons laveurs, des marmottes et même des renards. Seule la mouffette l'amène à tourner les talons et des plus gros prédateurs que lui tel le loup. Il s'établit aussi bien dans des endroits défrîchés qu'il préfère aux grands boisés que dans les banlieues et même dans les centres villes populeux. On en a retrouvés dans Central Park à Manhattan, New York en mars 2006. Plus de 2000 coyotes ont été recensés dans l'agglomération de Chicago. Ils vivent plus longtemps que leurs congénères de la campagne. Leur nourriture, je vous le donne dans le mille, comporte en grande partie des animaux de compagnie. Je crois bien que le chat domestique aux dernières nouvelles fait partie de cette catégorie. Alors je continue à clamer bien haut que le coyote n'a pas peur d'un chat domestique, mais bien qu'il est pour lui un met recherché et savoureux. N'en déplaise aux propriétaires d'animaux de compagnie et de chats bien-aimés.

Dans le cas de Stephane, j'imagine qu'il est heureux de savoir que les coyotes chassent les chats domestiques. C'est une raison de plus pour les garder à l'intérieur. Mais pas trop quand même de façon à ne pas nuire au régime alimentaire du coyote. Le chat une denrée nécessaire au coyote de ville, "Ce n'est pas une exagération, simplement une question de survie", comme l'affirme Stephane dans la citation ci-haut présentée. Alors le chat domestique ne fait pas partie du cycle naturel de la vie. Je crois que le coyote dément à l'évidence cet énoncé, et qu'au contraire le chat est nécessaire au cycle naturel. Seul bémol, c'est la surpopulation de chats qui perturbe l'équilibre naturel. Alors si le problème est la surpopulation, exerçons un contrôle des naissances tel que foxtrott et kalina ont choisies de le faire par l'entremise de la stérilisation. Bravo mesdames, beau comportement écologique responsable.
Revenir en haut Aller en bas
Stephane




Localisation : Cantons de l'Est
Date d'inscription : 04/02/2010

Les chats en liberté, nuisibles à l'environnement Empty
MessageSujet: Re: Les chats en liberté, nuisibles à l'environnement   Les chats en liberté, nuisibles à l'environnement EmptyMer 28 Avr 2010, 1:10 pm

foxtrott a écrit:
happy oublie ca ses peine perdu avec stephane on est tous une gagne de nono qui ne prenon pas nos responsabiliter Rolling Eyes

mais tu a bien raison ! pale
et les chat de ferme etai la avec les homme depuis des millenaire aussi ,,,
meme que ,,,
Foxtrott, je n'ai jamais traité personne de nono ici alors ne me mets pas des mots que je n'ai pas dit dans la bouche!! Ensuite, renseignes toi un peu avant de dire de pareilles inactitudes (oui, ici tu peux lire "idioties")! Le Chat domestique n'est arrivé ici qu'après les européens, lorsque les souris sont devenues un problème majeur dans les maisons et sur les fermes ou, A CETTE ÉPOQUE, il était presqu'impossible de mettre le grain a l'abri de ces rongeurs comme on peut le faire aujourd'hui! Ca ne fait que quelques centaines d'années qu'il y a des chats ici et encore, moins d'un siècle sans doute qu'il y en a autant!! Alors cesses de me faire dire ce que je n'ai pas dit!

Pepelepepe, le coyote n'est pas un animal qui existait dans l'est avant l'arrivée de l'européen. Et d'ailleurs, dans l'est de l'Amérique du nord,les "coyotes" sont en fait hybridés avec le Loup de l'Est (Canis lycaon) http://www.wildlifetech.com/pages/necoyote.htm . Je suis quand même d'accord avec toi, contrairement au chat domestique, il est maintenant impossible d'empêcher le Coyote d'occuper la niche laissée libre par le Loup de l'Est. Même si, en ville, les coyotes mangent les chats et les chiens, ca ne signifie pas que dans un habitat ou il y a d'autres proies, c'est leur premier choix! C'est simplement que dans les zones urbaines, il n'y a pas suffisamment d'autres proies pour les nourrir. Bien sur, il y a nos poubelles aussi, ca aide bien des animaux sauvages a se nourrir. Ce sont en effet des animaux extrèmement adaptables que ces coyotes et ils ont trouvé des moyens de survivre là ou aucun autre prédateur sauvage n'y est arrivé. Par contre, la règle d'éviter les dangers inutiles, autant que possible, demeure, ils évitent de chasser les prédateurs quand ils le peuvent. Et non, ca ne me fait pas plaisir de savoir que les coyotes ont besoin de manger les chats domestiques pour survivre.


Dernière édition par Stephane le Mer 28 Avr 2010, 7:49 pm, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
pepelepepe




Masculin
Localisation : Vallée du Richelieu
Date d'inscription : 02/03/2010

Les chats en liberté, nuisibles à l'environnement Empty
MessageSujet: Re: Les chats en liberté, nuisibles à l'environnement   Les chats en liberté, nuisibles à l'environnement EmptyMer 28 Avr 2010, 2:21 pm

Stephane


Ne crois-tu pas que le coyote se retrouve dans des agglomérations denses justement parce qu'il s'y trouve de la nourriture dont des chats domestiques? La nature étant ce qu'elle est, une nourriture abondante favorisera l'apparition ou le déplacement de prédateurs vers ce point de ravitaillement. Les chats domestiques font partie de cette manne pour certains prédateurs tel le coyote qui s'adapte quand même assez bien au voisinage de l'humain. Il ne le fait pas par survie dans le sens où il n'a pas le choix. La nourriture est là et il la prend pour satisfaire ses besoins alimentaires, sans plus.

Le plaisir pour toi, puisque tu prône la place des chats dans le domicile, vient du fait que la présence des coyotes incitera plusieurs citoyens récalcitrants à ton idée à se résoudre à cette solution, ou risquer de perdre le chat bien-aimé. Là où des incitatifs ne font pas réagir les propriétaires de ces chats, une situation plus drastique où les chats du voisinage disparaissent aura raison des plus opposés à l'enfermement de leurs chats dans leur domicile.

Au sujet de l'arrivée du coyote en Amérique, la nature ne vit pas en vase clos, si une espèce a la chance de migrer et de s'adapter, elle le fera. Que ce soit par le Détroit de Behring reliant la Sibérie à l'Alaska pendant une période terrestre de hausse de la température alors que les marées basses le permette, ou par bateau de manière incognito ou non. Dans le futur, il se pourrait bien qu'on se retrouve avec des espèces provenant de d'autres planètes où la vie est possible et vice-versa. Qui sait? Assistera-t'on alors à une nouvelle aire de bouleversements écologiques d'où originera un nouvel équilibre imprévisible. Ce n'est pas souhaitable, mais parie sur l'humain pour bien s'occuper à ce que ça se produise.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





Les chats en liberté, nuisibles à l'environnement Empty
MessageSujet: Re: Les chats en liberté, nuisibles à l'environnement   Les chats en liberté, nuisibles à l'environnement Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Les chats en liberté, nuisibles à l'environnement
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Pour les connaisseurs des chats
» Les chats, chattes et chatons, frimousses coquines, regards chatoyants et airs rebelles

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Agri-Qc :: Autres Animaux :: Les Chats-
Sauter vers: